AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Namika Uehara Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Namika Uehara

Messages : 61
Date d'inscription : 13/10/2010
Localisation : En solitaire, dans l'ombre


My Identity
My Friends:
Ennemi n.1:
Points gagnés ::
300/300  (300/300)

MessageSujet: Namika Uehara Terminée   Mer 13 Oct - 22:46


NAMIKA . SESHIRU . UEHARA
“Maybe there's a devil or somethin' like it inside of me“
Votre carte d'identité
Feat. Mika Nakashima

© Visual Ramen
♕ Prénom Namiko
♕ Nom Uehara
♕ Dite Shadow
♕ 24 ans
♕ Née le 23/05/1986 à Tokyo (Japon)
♕ Objet FéticheSon briquet Vivienne Westwood
♕ Alcool Pas vraiment
♕ Tabac Beaucoup trop
♕ Drogues a suivi une cure de désintox' il ya 5 ans.
♕ Groupe Kage


C'est Ainsi que l'on me voit...

    Une jeune femme plutôt grande pour ses origines, aux allures de mannequin anorexique. Le genre de fille au teint pâle contrastant fortement avec le noir de jais de ses yeux et de ses cheveux courts, coupés après le départ de son petit ami pour un long séjour à l’ombre.
    Voilà la description courte et globale que les témoins donnent de Namika lorsque la police les interroge sur une affaire la concernant. Si vous cherchez une description plus détaillée de la jeune femme, faites comme moi, subtilisez son casier judiciaire… Quoi, vous avez peur de vous faire pincer ? Bon ok, c’est mon jour de bonté, j’vous en ai fait une copie. Bonne lecture !

    Nom : Uehara
    Nom de jeune fille : Uheara
    Prénom : Namika

    Âge : 24 ans
    Sexe : Féminin

    Informations supplémentaires :

    Jeune fille grande et mince, environs 1mètre 70 pour une cinquantaine de kilos. Cheveux noirs, yeux bruns cernés et ternes. Peau pâle, visage fatigué et comportant encore quelques signes d’une ancienne toxicomanie aux drogues dures (cocaïne ou héroïne principalement). Style basique.


    Bon, j’avoue que cela ne vous apprends pas grand-chose… Je vais devoir parler un peu plus, c’est ça ? Vous avez vraiment de la chance que je sois en forme alors ! Écoutez-moi bien, car je ne répèterai pas deux fois…

    Namika est le genre de fille qui n’a pas de style particulier. Cependant, elle ne s’habille principalement que dans des tons sombres (noir, bleu nuit, bordeaux, gris …), mais elle peut revêtir des couleurs plus vives comme le rouge, lors de certaines occasions. Ses vêtements sont généralement basiques, t-shirt, débardeur, pantalons, robes de temps à autres, jupes courtes et shorts de même taille, porte-jaretelle apparent…. Pas vraiment féminine ni destinée à plaire au sexe opposé. Namika ne cherche pas à plaire, si ce n’est à l’homme qu’elle aime. Son style vestimentaire pourrait être un mélange de rock, de punk, et de basics incontournables. Ses ongles sont longs et toujours vernis de noir, tout comme le maquillage de ses yeux. Côté accessoire, une fois de plus on repère le côté rock de notre belle asiatique, notemment avec ses bracelets cloutés et son collier façon collier de chien. Mettez lui la muselière et le look sera parfait…. Excusez-moi je m’éloigne du sujet. Bref, trève de détails sur son style, pour faire court : rock, punk, noir et rouge. Vous me suivez ? Bon, passons au reste maintenant… A vrai dire non, j’ai fait le tour, si vous voulez en savoir plus sur son apparence… Priez pour la croiser un jour dans la rue. Oh, dernier détail, elle a toujours (ou presque) une clope au bout des lèvres.



Mais au Fond Je suis...

    La première fois que l’on croise Namika, la première phrase nous venant à l’esprit est « Oh mon Dieu ! Elle a un p*tin de caractère celle-là ! ». Et… on ne peut pas vraiment dire que ces gens ont tord. Namika possède un caractère… de cochon. Têtue comme pas possible, vous n’arriverez jamais à la faire changer d’avis, peu importe si elle a raison ou non. Néanmoins, elle reste une jeune femme très sociable qui aime rencontrer de nouvelles personnes. Elle est même du genre à aller de l’avant, et à venir aborder toute personne qu’elle « sent » bien. Mais attention, si vous ne lui plaisez pas, elle vous rendra la vie folle ! Si elle se met en colère, cachez-vous vite, elle pourrait devenir violente et vous frapper avec sa force de mouche. Cependant, elle fait mal…xD Quand elle déteste, elle déteste, pas de demi-mesure avec elle. Par contre si Nami-chan vous dit qu’elle vous apprécie, c’est que c’est vrai : la jeune fille ment rarement sur ce qu’elle pense, et ne supporte pas l’hypocrisie. Oui, elle est franche… peut-être parfois même un peu trop. Spontanée, elle vous sort ce qu’elle a en tête sans même penser à peser ses mots. Résultat, elle peut s’avérer vexante, blessante, sans même s’en rendre compte. C’est une amie fidèle et généreuse, qui aime voir les gens autour d’elle heureux, et fait tout son possible pour que ce soit le cas. Jalouse, possessive et défendant ceux qu’elle aime avec une rage à faire fuir un ours, Namika a tendance à vite s’emporter pour pas grand-chose, et défends bec et ongle ses amis. Si un jour vous venez à leur faire du mal… fuyez.

    Vous connaissez le jeu ‘J’aime et j’aime pas ?’ Jouons-y ensemble !

    Namika aime les félins. Elle a une passion pour ses animaux. Leur démarche, leur instinct, leur agilité, leur beauté… toutes ces petites choses font que la jeune femme est folle d’eux, et se montre toujours affectueuse envers un petit chat égaré, qu’elle finit souvent par ramener chez elle. Résultat : elle en possède deux, deux mâles, Diablo et Uruha, en hommage à son guitariste préféré, membre de The GazettE, son groupe favori. D’ailleurs, c’est une chose de plus qu’elle aime. Et même plus qu’aimer, elle les vénèrerai presque… Elle aime donc la musique, principalement le visual kei, punk et rock, et ne sort jamais sans son I-Pod. Elle aime les moments simples de la vie, comme fumer tranquillement ses Seven Stars accoudée à la fenêtre de sa chambre une fois la nuit tombée.

    Maintenant, ce qu’elle n’aime pas. La liste est longue, alors nous allons nous contenter de citer ce qu’elle déteste. Namika déteste les potiches, vous savez, ces pots de peinture sur pattes qui draguent tout ce qui bouge ? Si vous avez le malheur dans être une, vous allez être méprisée comme jamais vous ne l'avez été par cette demoiselle... Alors évitez son chemin. C’est dailleurs la principale raison pour laquelle elle déteste plus que tout les Benihime… Car oui, Namika les déteste, vraiment. Si jamais l’une d’elle venait à croiser son chemin, elle se ferait un malin plaisir à faire passer un sale quart d’heure à la jeune femme, et surtout à l défigurer. Car, elle en est certaine, sans leurs jolis minois ces femmes ne valent rien. Elle déteste la vanille, mais adore la fraise et le chocolat. Une autre chose qu’elle n’aime pas du tout : qu’on lui pose trop de questions sur elle. Namika aime garder une part de mystère afin de charmer les hommes qui lui plaisent, mais surtout, elle parle peu afin que personne n’ait une quelconque emprise sentimentale sur elle.



_________________
Maybe there is a Devil deep inside me


Dernière édition par Namika Uehara le Lun 1 Nov - 21:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Namika Uehara

Messages : 61
Date d'inscription : 13/10/2010
Localisation : En solitaire, dans l'ombre


My Identity
My Friends:
Ennemi n.1:
Points gagnés ::
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Namika Uehara Terminée   Jeu 14 Oct - 10:37

Et voici mon Histoire...

    Prologue.


    Tout être est considéré comme vivant à partir du moment où il pousse son premier cri, jusqu’à celui où il rendra son dernier souffle ; le plus tard possible étant le mieux. Tout le monde sait cela. Namika Uehara, elle, n’est pas tout le monde. Elle ne s’est sentie vivre qu’un soir de décembre, lorsque ses lèvres effleurèrent celles d’Hizoka Fujita. Elle n’oubliera jamais ce type. Que ce soit sa coiffure, son odeur, sa voix grave, jusqu’à sa chaleur corporelle ou encore la douceur de sa peau, elle ne pourrait jamais l’oublier. Il était trop important à ses yeux. Namika est née ce jour-là, et chaque année depuis ses seize ans, elle fête son anniversaire le 19 décembre. De plus, pour elle, elle est morte l’année d’après. Mais laissez-moi vous conter les seize années précédant sa naissance, et les 6 qui suivirent son décès sentimental.

    Chapitre Premier : « I was a little Angel »

    -Papa Papa ! On peut aller la voir hein ? Je veux dire bonjour à ma petite sœur… S’il te plaît !

    Kenshirô Uehara, son éternelle cigarette au bord des lèvres, sourit. Lentement, il posa une main sur la chevelure de son fils, tapotant doucement. Une dernière bouffée de nicotine et le mégot encore fumant rejoignit ses congénères dans une boîte prévue à cet effet. L’homme posa un genou au sol afin d’être à la hauteur du petit garçon âgé de 4 ans, à quelques semaines près. D’une voix douce, mais ferme, Kenshirô s’adressa à son fils.

    -Matsue, les infirmières t’ont expliqué tout à l’heure que Namika et maman sont très fatiguées… Nous leur rendront visite dans quelques jours.

    Le petit garçon prit un air boudeur, posant les yeux au sol en marmonnant.

    -Mais… il faut que je dise à Nami-chan qu’elle a un grand frère qui prendra toujours soin d’elle… Elle va avoir peur sinon !

    Le père sourit, avant de prendre son fils par la main et de s’éloigner de l’hôpital. Il était fier de son fils. Malgré son jeune âge, il semblait parfaitement comprendre son rôle et, encore mieux, il le prenait à cœur. Namika aura besoin de son grand frère. Elle est si fragile… Née presque trois mois avant terme, la petite devait rester en observation, au moins pour plusieurs semaines. Elle avait été pressée de naître, elle sera pressée de vivre, puis de mourir… Mais nous n’en sommes pas encore là.

    Quelques semaines plus tard, la petite dernière des Uehara rejoignit comme prévu le domicile familial, faisant le bonheur de tous, même du voisinage dont elle devint le centre d’attention.

    « Qu’elle est belle ! Un vrai petit Ange »



    Chapitre Second : « A jealous Angel deep inside me »

    L’enfance de Nami-chan se passa plutôt bien, enfin, si l’on mettait de côté le fait qu’elle soit une fille, et que dans sa famille très conservatrice, l’enfant mâle valait bien plus qu’une fille. C’est ainsi que les volontés du petit Matsue étaient suivies à la lettre par les parents Uehara, mettant de temps à autre la petite sœur de côté. Cette éducation fit de son frère un jeune homme gâté pourri, capricieux, pensant que toute chose lui était naturellement due. Néanmoins, jamais il négligea son rôle de grand frère, bien au contraire. Matsue était protecteur envers sa petite sœur. Il était possessif, et ne laissait aucun autre garçon s’approcher un peu trop près d’elle. Mais à coté de cela, les deux enfants se parlaient peu, et l’envie de Namika de ressembler à son frère, d’avoir un rôle aussi important et imposant que le sien ai sein de la famille se changea peu à peu en jalousie. C’est vers ses treize ans que Namika rompit une première fois les liens qu’elle entretenait avec Matsue. La dispute se passa en deux temps.

    Tout d’abord, Namika avait un camarade de classe qu’elle affectionnait particulièrement. Il était le meilleur élève de sa classe, et un athlète hors-pair pour son jeune âge. Et il se trouvait que le garçon s’intéressait à Namika lui aussi… Situation parfaite ?! Si l’on enlève l’intrusion de Matsue, cette histoire aurait pu être parfaite oui. Mais voilà, le jeune rebelle possessif décida d’intervenir, jugeant que ce garçon n’était pas fait pour sa petite sœur… erreur. Namika entra dans la maison familiale en hurlant, faisant sursauter la mère qui était en cuisine.

    -Mais pourquoi faut-il toujours que tu te mêles de ma vie ? Naoki-kun est un garçon gentil ! A cause de toi, il ne me parlera plus jamais !

    Matsue suivait de près sa petite sœur, répliquant aussi sec tout en jetant un œil vers sa mère, la suppliant du regard pour qu’elle prenne son parti.

    -Un garçon gentil ?? Je n’aime pas sa façon de s’approcher si près de toi pour te parler… Et…. Et je ne l’aime pas ce type ! C’est un vantard !

    Namika se retourna, rouge de colère, avant de crier à nouveau.

    -Eh bien moi c’est TOI que je n’aime pas !!! Tu es toujours dans mes pattes lorsque je sors, et à la maison tout le monde ne parle que de toi ! Tu n’es qu’un gosse prétentieux et sûr de lui, qui pense pouvoir tout avoir juste parce que tu es un garçon !

    Après ces mots, l’adolescente fila dans sa chambre, en prenant soin de claquer la porte. Matsue et elle ne s’adressèrent plus la parole pendant des mois. Ce fut aussi à cette époque que le jeune homme sombra dans la délinquance et la vente de stupéfiants en tout genre, afin de se sentir intégré dans un cercle « d’amis ». Une fois de plus, la mère ne réagit pas. Et le père… il travaillait trop pour se rendre compte de quoi que ce soit. Namika sombra peu à peu dans le silence, jusqu’à un jour un peu spécial, celui qu’elle considère aujourd’hui comme le jour de sa naissance…


    Chapitre Trois : « They don’t see how I burn »

    La jeune femme a à présent seize ans, et continue d’éviter tout contact avec ses parents et son frère, qui tente du mieux qu’il peut de renouer le dialogue avec elle, en vain. Sa scolarité est un échec total. A vrai dire, elle sèche les cours, préférant traîner avec quelques amis en jouant de la guitare. Car oui, elle a une guitare. D’où provient-elle ? Il y a 3 ans, peu de temps avant la dispute entre Nami’ et Matsue, les deux jeunes gens se promenaient en ville, dévalisant les boutiques du regard. Alors que le jeune frère continua de marcher, il se rendit compte qu’il n’entendait plus les pas de sa sœur. En se retournant, il s’aperçut que celle-ci s’était arrêtée devant un magasin de musique, et contemplait une guitare noire. Contemplait, oui. La jeune fille avait des étoiles pleins les yeux, et s’imaginait déjà les accords qu’elle pourrait jouer avec. Matsue s’approcha d’elle en se penchant vers sont oreille.

    -Je suis sûr que si on demande aux parents, ils te la prendront.

    Namika sourit à l’idée de pouvoir bientôt effleurer l’instrument de bois vernis, et courut le plus vite possible vers la maison, suivie de son frère. Mais la déception fut grande pour la fillette. Son père, trop absorbé par les nouvelles du journal, ne daignait même pas regarder sa fille, et lui lâcha un « ça ne sert à rien une guitare, trouve quelque chose de plus utile. Pour tes études par exemple » . Inutile ? Parce que les tonnes de fringues, les accessoires en tout genre et les derniers gadgets à la mode offerts à Matsue étaient utiles eux ? Un nouveau motif entraînant la jalousie irrémédiable de la jeune fille vis-à-vis de son frère aîné, que Matsue remarqua. Il se fit alors la promesse de trouver l’argent nécessaire afin d’offrir cette guitare à sa sœur, en signe de paix. C’est comme cela qu’un an plus tard, pour son anniversaire, Namika reçut sa fameuse guitare noire des mains de son frère. Voilà pour la petite anecdote.

    Revenons-en à nos moutons. Namika souffrait de cette situation, de son manque d’affection familiale, même si elle savait pertinemment que Matsue faisait son possible pour qu’elle l’apprécie. Mais… c’était plus fort qu’elle, elle ne supportait pas que son frère soit mis sur un piédestal. Elle ne le détestait pas, mais elle n’avait pas une affection marquée pour lui non plus. La jeune adolescente se sentait seule, et, côtoyant de mauvaises personnes, commença à sombrer peu à peu dans la drogue. Au départ ce fut un joint ou deux, mais très vite ça ne suffit plus. C’est alors que, pendant qu’elle rangeait la maison, Namika fit tomber par inadvertance la veste de Matsue, dont tomba un petit sachet de poudre marron. Sans dire un mot, elle glissa le sachet d’héroïne dans la poche de son jean, et quitta le domicile pour rejoindre ses amis, avec qui elle consomma la drogue. Dans un état second, elle tenta de rentrer chez elle, et croisa la route de son frère, en train de discuter avec un homme visiblement plus âgé que lui. Matsue, qui vit l’air étrange de sa sœur, comprit vite qu’elle tait la cause de la disparition de son sachet d’héro, et il s’élança vers elle, accompagné de l’autre homme. Il n’eut pas le temps de dire un mot que sa sœur s’effondra sur le sol. Une overdose. Les médecins étaient formels. Les parents, honteux du comportement de leur fille, laissèrent Matsue aller prendre de ses nouvelles, et la ramener à la maison quelques jours plus tard. Mais le jeune homme ne venait pas rendre visite à sa petite sœur seul. Un homme l’accompagnait chaque jour, celui-là même qui était présent le soir où Namiko s’effondra. Alors que Namika ouvrait doucement les yeux, le visage de l’inconnu était penché vers elle, souriant.

    -Une fille aussi jolie ne devrait pas se lasser détruire par une merde pareille.

    Elle haussa un sourcil, comme pour lui demander ce que cela pouvait bien lui faire. L’homme sourit à nouveau face au tempérament de la jeune femme, avant de prendre la parole à nouveau.

    -Mon nom est Hizoka. Je suis un ami de ton frère. J’étais avec lui le jour où…

    -Je sais. Je me souviens de ton regard…

    Et comment pouvait-elle l’oublier. Un regard ténébreux, une once de mystère dans ses pupilles… Dès ce premier regard, juste avant de s’évanouir, elle était tombée amoureuse de lui. Et elle savait enfin son nom. En plus, il venait la voir, et s’inquiétait même pour elle. S’intéressait-il à elle lui aussi ? Peut-être. Pour la première fois depuis des années, Namika sourit. Un sourire sincère.


    Chapitre 4 : « Happiness is short-lived »


    A sa sortie d’hôpital, Namika connaissait un peu plus Hizoka. Il était venu lui tenir compagnie chaque jour, sous le regard attentif de Matsue. Le grand frère savait pertinemment que sa sœur ne laissait pas son ami indifférent. Et, si elle devait sortir avec quelqu’un, autant que ce soit avec une personne de son entourage.

    Les deux jeunes gens s’entendaient à merveille. Et leur complicité avant par la même occasion rapprochée Namika de son frère. Hizoka avait 23 ans à l’époque, et leur relation aurait été un scandale de plus aux yeux des parents de la fille. Alors ils décidèrent de la garder secrète, mis-à-part pour Matsue. Hizoka était le genre de mec tête brûlée, fonceur, bagarreur… mais fidèle. Il était dingue de Namika, et aurait tout fait pour elle. Mais voilà, le jeune homme appartenait à un gang, ce dernier étant réputé comme le plus dangereux du cartel japonais. Évidemment, Nami était au courant, et son frère aussi, puisque ce dernier convoitait de les rejoindre…

    Les semaines passèrent, puis les mois. Nos deux tourtereaux ne s’étaient pas encore réellement dévoilés leurs sentiments, même si chacun savait ce qu’éprouvait l’autre. Mais un soir d’hiver, alors qu’Hizoka raccompagnait la jeune fille chez elle, il s’arrêta. Là, sous les flocons de neige tombant et la lumière pâle d’un lampadaire, le jeune homme caressa le visage de Namika, avant de prendre son menton et de la tirer doucement vers lui, déposant un baiser sur ses lèvres froides. Ce fut si rapide que Namika oublia de fermer les yeux. Il l’attira ensuite tout contre lui, la serrant le plus fort qu’il le put.

    -Je t’aime.

    Ces mots resteront gravés à jamais dans la mémoire de notre nippone. Là, ce 16 Décembre, elle venait de naître. Pour la première fois depuis des années, elle avait enfin le sentiment d’appartenir à ce monde, d’avoir une bonne raison d’y rester. Mais le bonheur avait un goût éphémère au bord de ses lèvres… Et Namika fut vite, trop vite, confrontée de nouveau à la dure réalité qu’était son destin : celui de vivre seule.

    L’année s’écoula lentement, comme si le destin faisait un signe à la jeune femme en voulant que celle-ci profite un maximum de ces instants de bonheur. Cela faisait présent un an, un an que son petit ami lui avait donné son premier baiser sous le lampadaire enneigé. Elle savait tout ou presque de lui, et elle savait aussi que c’était un homme dangereux et souvent inconscient des risques qu’il prenait. Et son imprudence finit par lui coûter cher. Soupçonné du meurtre d’un policier, le jeune homme fut arrêté et emprisonné. Sa peine s’éleva à quatre ans. Trop fier, ne voulant pas que sa petite amie connaisse les murs froids des parloirs, il refusa toute visite de sa part.

    Abandonnée, son monde s’écroula, et la jeune femme tenta d’attenter à sa vie, sauvée de justesse par Matsue, encore une fois. Bien évidemment, elle ne le remercia pas, et le jeune homme se sentit impuissant face à la détresse de sa sœur. La jeune femme sombra de nouveau dans l’héroïne, avant de se décider, 3 ans plus tard, à suivre une cure de désintoxication.


    Chapitre 5 : “Maybe there’s a devil or somethin’ like it inside of me”

    La veille de son entrée en cure, Namika se coupa les cheveux courts. Très courts. Les cheveux étant un signe de beauté extérieur, elle voulait que personne ne la trouve à son goût. Elle était et sera toujours à Hizoka, même si elle n’a toujours pas de nouvelles de ce dernier depuis son incarcération.

    Une fois dans ce qu'elle appela sa prison, Namika eut pour ordre de tenir une sorte de journal, afin d'exterioriser ses sentiments, sa colère... bref, de sortir tout ce qui était en elle et qu'elle s'efforçait d'oublier en se droguant. Facile à dire, mais à faire... surtout qu'elle savait pertinemment que ses lignes seraient lues par le psy du centre. Mais bon, avait-elle vraiment le choix ? Les mois passèrent lentement, mais la jeune femme n'avait toujours pas retrouvé le sourire. Au contraire, elle continuait de s'enfoncer dans les ténèbres, et Matsue n'était pas venu lui rendre visite depuis son incarcération. Mais une bonne étoile se décida enfin à se pencher sur notre jeune femme, un soir de décembre. Le psy avait convoqué Namika après avoir lu les dernières lignes de son journal.

    "Plus que deux jours avant mon anniversaire. Une fois de plus je le passerai seule. Mais peu importe, je n'ai besoin de personne. Personne à part lui. Pensera-t-il à moi lui aussi ? Peu importe. Ma vie n'a plus aucun sens depuis son départ. Je sais que ce foutu carnet sera lu par le psy, et qu'à cause de ces quelques lignes je ne suis pas prête de sortir avant un moment. Mais je m'en fous ! Rien n'a de sens dehors, et personne ne m'attends sagement quelque part. Matsue ? Il est obsédé par l'argent... il ne doit plus penser à moi... Je suis seule, inutile....

    ... je suis désespérée.



    Qui eut cru que ces phrases deviendraient sa porte de sortie ? Sûrement pas Namika, qui garda la bouche grande ouverte lorsque le psy lui annonça qu'elle serait mieux dehors qu'enfermée, et qu'elle avait fait de grands progrès depuis ses débuts à l'institut. C'est ainsi qu'à la grande surprise de la jeune femme son frère l'attendait assis au volant d'une belle sportive rouge.

    - Tu es complètement fou Matsue ! Tu vas te faire attrapper avec une voiture pareille !

    - Tu connais mon goût pour les belles choses petite soeur. Allez grimpe, je vais changer ta vie.

    Pour la première fois depuis des années, Namika souria de nouveau. Et c'est ainsi que son frère lui fit intégrer les Kage, et que la jeune femme a réussi à se faire au fil du temps une place parmis les hommes du clan, contrairement aux autres strip-teaseuses et compagnie.








Qui se cache derrière cet écran ?

© komiko hamura

♕ (Ton prénom ?) Inconnue au Bataillon.
♕ (Ton âge ?) 20
♕ Tu possèdes un double compte ?Yep
♕ As-tu pris un prédéfini ?Non
♕ Tes fréquences de connexion ? :( 7 / 7 )
♕ Comment t'es tu retrouvé ici ? Tu en penses quoi ?Je l'aime ce forum ❤


_________________
Maybe there is a Devil deep inside me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Namika Uehara

Messages : 61
Date d'inscription : 13/10/2010
Localisation : En solitaire, dans l'ombre


My Identity
My Friends:
Ennemi n.1:
Points gagnés ::
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Namika Uehara Terminée   Dim 31 Oct - 21:11

Youhou et voilà fiche terminée =)

Asu' tu me valides ? <3

_________________
Maybe there is a Devil deep inside me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


✗ Contenu sponsorisé ✗



MessageSujet: Re: Namika Uehara Terminée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Namika Uehara Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shibuya City :: || Bienvenue au Japon || :: || Register || :: " Accepted "-